Vous êtes ici : AccueilLe BPMVolume 3Édition 4  > Des questions pour favoriser la métacognition


Des questions pour favoriser la métacognition




29 novembre 2010
 

Interroger, c’est enseigner

Xénophon*

 

Dans la dernière édition du BPM, j’ai abordé le questionnement comme stratégie pour favoriser l’entraide et la collaboration en classe. Mais le questionnement peut aussi contribuer à stimuler ou solliciter les stratégies métacognitives chez les élèves. Le questionnement est effectivement indissociable de la métacognition. Pour qu’un élève soit conscient de ses stratégies cognitives et du contrôle qu’il exerce sur celles-ci, il doit être questionné et se questionner tout au long du processus d’apprentissage. Ce questionnement n’est pas inné, il doit être enseigné aux élèves. L’enseignant agit d’abord comme un modèle en verbalisant les questions qu’il se pose lorsqu’il résout, par exemple, un problème en mathématique. Par la suite, il utilise les mêmes questions pour éveiller les élèves à leurs stratégies métacognitives. Pour faciliter le questionnement métacognitif, ce dernier doit s’inscrire dans une tâche complexe et représenter un défi. Les questions efficaces dans ce contexte sont ouvertes, elles amènent l’élève à justifier ses propos, à se comparer, à juger, à s’autoévaluer, elles provoquent une prise de conscience chez l’adulte, elles doivent lui permettre de faire des liens, de réguler, de transférer et d’analyser ses stratégies.

Voici des exemples de questions qui favorisent la métacognition. Elles sont regroupées selon l’intention poursuivie auprès de l’élève. Toutefois, elles ne se limitent pas à une catégorie ; une question peut toucher plusieurs intentions.

Des questions pour amener l’élève à :

Justifier

- Pourquoi as-tu procédé ainsi ?
- Lorsque tu rencontres une difficulté, que fais-tu ?

Prendre conscience

- Qu’est-ce que tu cherches ?
- Que te manque-t-il comme information ?
- D’après toi, à quoi pourrait ressembler la réponse ?
- D’après toi, quels moyens ou ressources autres que l’aide du professeur peux-tu utiliser ?

S’autoévaluer

- Pourquoi penses-tu avoir réussi ?
- Sans consulter le corrigé, comment sais-tu que ta réponse est bonne ?
- Quel est ton degré de certitude ?
- Ta réponse a-t-elle du sens ? Pourquoi ?
- Jusqu’à quel point es-tu satisfait de ton travail ? Ta démarche ? Etc.

Comparer

- Qu’est-ce qui est nouveau pour toi ?
- As-tu déjà vu une question semblable ? Si oui, peux-tu procéder de la même façon pour répondre à cette question ? Qu’est-ce qu’il y a de différents entre les deux ? Qu’est-ce qui est identique ?

 

Verbaliser

- Peux-tu me répéter la question dans tes mots ?
- Qu’est-ce que tu ne comprends pas ?
- Y a-t-il des mots que tu ne comprends pas ?
- Peux-tu m’expliquer cette notion ?

 

Faire des liens

 

- Qu’est-ce que tu sais sur ce sujet ?
- D’après toi, quelles sont les notions qui t’aideraient à répondre à cette question ?
- Quelles sont les étapes à suivre pour répondre à cette question ?
- Est-ce qu’il y a des mots dans la question ou dans le texte qui peuvent t’aider ?

 

Transférer

- Comment pourrais-tu aider quelqu’un qui rencontre la même difficulté que toi ?
- Quelles stratégies pourraient t’aider ? Si oui, lesquelles ?


*Xénophon : philosophe, historien , puissant orateur, disciple de Socrate.

Sources :

Rosée Morissette, Accompagner la construction des savoirs, Chenelière/McGraw-Hill, 2002

Hélène Dufour, CS Région-de-Sherbrooke

Pascale Girard, CS du Lac Saint-Jean

http://cep.cyberscol.qc.ca/guides/pp_metacognition.html

http://weco.csriveraine.qc.ca/cemis/meta/EXEMPLE/EXEMPLES.HTM

Répondre à cet article


  

 

JPM 2018 Appel de propositions d’ateliers
vendredi 1er décembre

C’est sous le thème La parole est au changement que vous êtes invité à proposer un atelier pour la prochaine édition de la JPM qui aura lieu le vendredi 27 avril, au Centre de formation des maskoutains, à Saint-Hyacinthe.

Les ateliers sont de 75 ou 150 minutes. Pour proposer un atelier, vous remplissez ce formulaire en ligne, et ce, avant le 23 février 2018.